Mémoires et thèses déposés
 


Joë Bouchard

« Imaginaire du Nord et exotisme. Caractère non conventionnel du Grand Nord dans les Racontars arctiques de Jørn Riel », mémoire de maîtrise en études littéraires, Université du Québec à Montréal, 2005, 100 f.


Résumé du mémoire : Dans ce mémoire, l'auteur propose que la série de courtes fictions les Racontars arctiques, écrite par le Danois Jørn Riel, présente une image non conventionnelle du Grand Nord qui s'érige comme en porte-à-faux au discours littéraire et culturel habituel sur ce territoire.

Dans le premier chapitre, l'auteur fournit une définition de la représentation conventionnelle du Nord et de l'Arctique. Il présente les travaux et concepts théoriques mis à profit dans sa recherche dans les domaines des études nordiques (la terminologie nordique de Louis-Edmond Hamelin, les propositions sur la réalité et la «mentalité» arctiques de Vilhjalmur Stefansson, les réflexions de Sherrill E. Grace sur l'idée de Nord et les précisions de Daniel Chartier sur le système discursif du Nord) et de l'exotisme littéraire (les degrés de l'exotisme selon Victor Segalen, les régimes de l'imagination exotique décrits par Jean-Marc Moura et la notion de réversibilité de l'exotisme, née des réflexions de Segalen).

Dans le second chapitre, l'auteur analyse quatre exemples de distanciation face au discours conventionnel sur le Nord. Le premier exemple concerne la remise en question de clichés et d'idées reçues sur la vie polaire. Le second cas analysé est celui des manipulations de la figure emblématique de l'ours blanc. Le troisième exemple, qui produit un renversement de l'atmosphère souvent lugubre et tendue des récits à composante nordique, est lié au comportement singulier des trappeurs envers les dépouilles humaines. Le dernier cas, qui touche différentes manipulations de cheminements initiatiques, constitue un renversement envers un modèle narratif couramment associé à la nordicité littéraire, celui de la quête initiatique.

L'auteur s'attarde, dans le troisième chapitre, à décrire les perceptions exotiques des deux groupes de personnages. Ces perceptions forment deux axes opposés liés à la nordicité et à l'exotisme : le premier comprend la perspective de représentation sudiste, l'exotisme familier (V. Segalen) et l'imagination exotique impériale (J.-M. Moura) ; le second est constitué de la perspective de représentation nordiste, de l'exotisme d'une appréhension du divers (V. Segalen) et de l'imagination exotique nostalgique (J.-M. Moura). L'auteur s'intéresse finalement au concept de réversibilité qui s'illustre dans les Racontars arctiques par la préséance de la perspective nordiste sur la perspective sudiste.