Mémoires et thèses déposés
 


Louis Riopel

«L'écriture nomade: analyse des phénomèmes de métissage dans Le chant pour celui qui désire vivre de Jørn Riel», mémoire de maîtrise en études littéraires, Université du Québec à Montréal, 2007.

On peut télécharger l'intégralité du mémoire sur le dépôt numérique Archipel, en suivant ce lien.


Résumé du mémoire : Dans ce mémoire, l'auteur propose d'étudier les phénomènes liés au métissages dans la trilogie Sangen for livet (1984-86 [Le chant pour celui qui désire vivre, 1995]) de Jørn Riel, une notion abordée dans chacune des nombreuses œuvres de cet auteur danois. Chez Riel, le métissage, qu'il soit biologique ou culturel, est valorisé et présenté comme un mode de conservation des traditions, un principe de survie et un processus créateur.

Riel raconte l’histoire d’une famille inuite, un récit qui s’étale sur plus de mille ans d’histoire et dont les principaux personnages sont animés par le désir de conserver leurs spécificités biologiques et culturelles. Ce désir de conservation est toutefois comblé par des phénomènes de métissage, tant biologique que culturel. Riel valorise le métissage en le présentant comme mode de conservation et d’affirmation identitaire.

Reflétant ce récit, l’écriture de Riel se réclame également du métissage, tant du point de vue de la forme que du processus créateur à partir duquel la trilogie est élaborée. La prose particulière de Riel se situe à mi-chemin entre l’écriture et l’oralité, ce qui lui confère une voix de conteur. De plus, il réactualise des grands thèmes de la littérature orale inuite et construit sa trilogie sous la forme d’un conte, réconciliant ainsi, le temps d’une trilogie, la tradition orale et la tradition écrite.

L’omniprésence des phénomènes de métissage dans la diégèse et hors de cette dernière, ainsi que le lien étroit que Riel tisse entre l’écriture, le métissage et le nomadisme (l’écriture prend le relais du nomadisme dans le dernier tome en occupant les mêmes fonctions que ce mode de vie pour les personnages inuits: résurgence de la mémoire, conservation de la tradition, diffusion d’un savoir) permet de constater que son écriture est comme ses personnages, métisse et nomade, d’où le titre de ce mémoire: «L’écriture nomade. Analyse des phénomènes de métissage dans Le chant pour celui qui désire vivre de Jørn Riel».